Histoire

UN PEU D’HISTOIRE…

 

Avril 2004, Sylvain Ferreira décide de créer un club de sports américains à Meaux. Voici son histoire :

 

Il veut partager avec les habitants de la cité de Bossuet sa passion pour le football américain et le baseball.
Lui-même ancien joueur des Celtes de Mitry-Mory (3ème division nationale) il rassemble d’autres joueurs passés par ce club et surtout rencontre Lionel Bruent, ancien président- fondateur des Celtes et ancien joueur de baseball des Green Monkeys de Gretz-Tournan.

Les deux compères et Olivia Troublé Ferreira (la première trésorière du club), décident en cette 300ème année anniversaire de la disparition de Bossuet, l’Aigle de Meaux, de baptiser le club… Les Aigles.

Bossuet, n’ayant jamais pu être élevé au poste de cardinal malgré ses mérites, les Aigles décident de réparer cette injustice en adoptant le rouge cardinal pour leurs tenues.

Le 11 mai les statuts sont enregistrés en sous-préfecture, les Aigles prennent leur envol.

histoire
histoire

ÊTRE UN AIGLE

Depuis la création du club, être un Aigle signi e avant tout chose faire parti d’une FAMILLE.

Famille dont les liens dépassent de loin la participation aux entraînements et aux matchs.
Les Aigles sont là pour se soutenir dans les moments difficiles : les blessures d’abord, mais aussi les accidents de la vie, les deuils.

La tradition veut, par exemple, qu’on honore les disparus de chaque Aigle à la fin de l’entraînement le plus proche de leur disparition.

Mais nous sommes aussi de joyeux lurons et les naissances, mariages et baptêmes sont autant d’occasion de se rassembler en famille.
Certains joueurs sont les parrains d’enfants d’autres joueurs. Ensuite, la valeur qui nous définit est le TRAVAIL. Aucune victoire sur soi ou sur les autres ne s’obtient sans travail préalable. Les entraînements poussent donc les athlètes jusqu’au bout de LEURS limites qu’ils les connaissent et qu’ils apprennent à les repousser.

 

Enfin, pour faire face à l’adversité sur et hors des terrains, un Aigle doit être pétri de COURAGE.

C’est pour faire grandir cette vertu que nous évoquons les joueurs américains (le 11 novembre et le 8 mai) qui traversèrent l’Atlantique à deux reprises, abandonnant leur passion, pour venir mourir ici COURAGEUSEMENT afin que nous puissions vivre et jouer LIBRES.

HISTORIQUE